Imprimer
PDF

Edito d’informations n° 2019-12 – Février 2019 : Et si on en parlait ...

sfg edito 2019 12

Edito d’informations n° 2019-12 – Février 2019 : Et si on en parlait ...

PISTES POUR PERMETTRE AUX RESPONSABLES DE SURFACES ENGAZONNEES DE HAUT NIVEAU, DE REDUIRE LE RECOURS AUX SPECIALITES PHYTOPHARMACEUTIQUES

par Frédéric Lefebvre

C’était l’un des engagements forts du Grenelle de l’Environnement, fin 2007 : le plan Ecophyto 2 impose aux gestionnaires de gazons sportifs de réduire de 50% l’utilisation des spécialités phytopharmaceutiques d’ici 2025. Par chance, il existe aujourd’hui de nombreuses solutions alternatives au « tout phyto ».

Pour avoir un gazon de qualité, tout commence dans le sol. Afin de minimiser le risque d’apparition de maladies, il doit être bien drainé et suffisamment aéré. Ces caractéristiques peuvent être obtenues grâce à l’apport complémentaire de supports de culture poreux, au premier rang desquels les argiles expansées. Celles-ci, en plus de conduire l’air et de drainer l’eau par leurs macropores, retiennent l’eau et les nutriments dans leurs micropores et fournissent un gite aux micro-organismes du sol, qu’ils soient indigènes ou introduits.

En effet, certains micro-organismes, par leur action de minéralisation de la matière organique et leur production de toxines, limitent efficacement la propagation des agents pathogènes. La microflore spontanée se montrant souvent insuffisante pour obtenir un gazon de qualité, il est possible d’apporter des micro-organismes supplémentaires dans le sol. Des bactéries ou des Trichodermes, sélectionnés pour leur agressivité contre les agents pathogènes, s’inscrivent parfaitement dans cette démarche de biocontrôle.

Les sols sableux retenant moins les nutriments que les sols argileux ou limoneux, le maintien d’une importante population de microorganismes passe, en général, par l’apport régulier de biostimulants à base de matières organiques carbonée (sucres) et azotées (protéines, acides aminés).

Venons-en maintenant au niveau du peuplement végétal. La réduction de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques passe aussi par le choix de variétés sélectionnées pour leur plus grande tolérance aux principales maladies. On trouve ainsi sur le marché des agrostides résistantes au dollar-spot, à la fusariose froide, à l’anthracnose … et des raygrass anglais résistants à la pyriculariose.

La fertilisation de ces plantes est également à prendre en compte : un contrôle accru des apports nutritifs permet de minimiser à la fois les carences (stress, plus grande vulnérabilité des plantes) et les surplus (nourrissage des agents pathogènes). Les engrais azotés à libération lente sont pour cela les meilleurs alliés du gestionnaire, comme l’est aussi une fertilisation potassique appropriée. La stimulation des défenses naturelles des plantes, par l’apport de phytohormones ou d’éliciteurs divers, n’est pas non plus à négliger.

Lorsqu’il est malgré tout nécessaire d’apporter des produits phytopharmaceutiques, l’usage d’une station fixe ou mobile de traitement de l’eau s’avère très intéressant. Cela permet, par la modification des paramètres physico-chimiques de l’eau de pulvérisation, d’optimiser l’efficacité des produits et de diminuer ainsi leur dosage, pour des résultats équivalents.

Enfin, on ne peut clore ce résumé sans mentionner une voie de recherche très prometteuse pour l’avenir : la luminothérapie. L’exposition des agents pathogènes à certaines longueurs d’ondes lumineuses semble en effet à même de les combattre …

À nous, professionnels des gazons sportifs, d’explorer ces différentes voies !

Pour lire la suite, cliquer sur : Télécharger Edito d’informations n° 2019-12 – Février 2019 : Et si on en parlait ...icone_pdf2

Joomla Templates and Joomla Extensions by ZooTemplate.Com



Choisissez votre gazon !

Choixdugazon.org, la nouvelle plateforme en ligne destinée aux professionnels du gazon !

Sélectionnez et comparez les variétés du catalogue Français sur le site www.choixdugazon.org


La SFG vous propose

Dans le cadre de l’amélioration des pelouses sportives en gazon naturel, la SFG a élaboré un cahier des charges en 15 points dont le premier concerne la présence d’un référent pelouse sur les installations sportives dument formé. Ce cahier des charges a pour vocation d’aider et de guider facilement les gestionnaires dans la conduite du gazon pour obtenir une aire de jeux permettant aux acteurs sportifs d’évoluer en toute sécurité et de pratiquer leur activité sportive dans de bonnes conditions.

Jean-Marc Lecourt – Président
Bénédicte Major-Ratel - Directrice

Rejoignez la SFG sur Facebook

Coordonnées & Contact

Société Française des Gazons
44 Rue du Louvre 75001 PARIS

Tél./Fax : 01.40.26.45.66
contact@gazonsfg.org

Contacter la SFG


La SFG est déclarée en tant qu’Organisme de Formation sous le numéro 11921397592 auprès du Préfet de la région Ile-de-France