Edito d’informations n° 2018-09 – Novembre 2018 : Et si on en parlait

Quand le gazon s’attaque aux particules par Eric BURIE

« La pollution de l’air est un tueur invisible et nous devons redoubler d’efforts pour nous attaquer à ses causes » a déclaré Hans Bruyninckx, le directeur exécutif de l’Agence européenne de l’environnement, lorsqu’il a pris connaissance du rapport annuel de son organisation le 29 octobre dernier. Les chiffres annoncés dans ce document font en effet froid dans le dos : sur notre continent, plus de 480 000 décès prématurés ont un lien direct avec la pollution atmosphérique. En cause : les transports routiers et les moteurs diésel, l’agriculture, l’industrie, la production d’énergie… Tant et si bien que les concentrations de particules fines, de dioxyde d’azote et d’ozone sont toujours audessus du niveau fixé par l’Union européenne et dépassent très largement les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé. Une situation pas vraiment satisfaisante, d’autant plus qu’il convient d’y ajouter son corolaire obligé : des hausses de températures d’une régularité de métronome et ces phénomènes d’îlots de chaleur bien connus des citadins.

Un piège à CO2. S’attaquer à cette triste réalité ne sera pas simple et relève d’une volonté politique affirmée et sans concessions. En attendant que ce soit vraiment le cas (!), il existe malgré tout quelques « remèdes », pourtant vieux comme le monde, prêts à nous apporter leur concours. Parmi eux : le végétal et plus particulièrement les gazons, efficaces et entièrement naturels comme l’ont souligné les experts de l’Union française des semenciers dans l’un de leurs communiqués : « 10 000 m2 d’herbe peuvent capter le CO2 émis par une trentaine d’automobiles, mais aussi une partie des poussières et des saletés présentes dans l’air ambiant tandis que leurs racines fixent et améliorent la structure des sols. Ils participent également, en agissant comme un filtre naturel, à la dépollution des eaux de pluie ». Une « piste » bien entendu corroborée par les spécialistes de la Société française des gazons : « on estime que l’ensemble des pelouses présentes sur la planète emprisonnent annuellement environ 12 millions de tonnes de poussières et qu’elles en captent 5 fois plus qu’un sol nu ».

Un climatiseur naturel. Là ne s’arrêtent cependant pas les bienfaits des espaces engazonnés. Ils abaisseraient ainsi les températures au sol d’une dizaine de degrés par rapport à l’asphalte. Et selon l’environnementaliste écossais Howard Wood « environ 50 % de la chaleur du soleil qui arrive sur du gazon sont éliminés par évapotranspiration. Un mètre carré de pelouse libère ainsi 100 litres d’eau chaque année. L’impact de 100 m2 de gazon équivaut alors à 70 tonnes d’air conditionné ! ». De quoi rendre la vie des « urbains » un peu plus facile en période de canicule sachant que l’accumulation de chaleur par les bâtiments et les voies de circulation minéralisées empêche l’air ambiant de se refroidir durant la nuit. Des écarts allant jusqu’à 8° C ont ainsi été enregistrés par fortes chaleurs entre la ville et la campagne.

« La pollution de l’air est un tueur invisible et nous devons redoubler d’efforts pour nous attaquer à ses causes » a déclaré Hans Bruyninckx, le directeur exécutif de l’Agence européenne de l’environnement, lorsqu’il a pris connaissance du rapport annuel de son organisation le 29 octobre dernier. Les chiffres annoncés dans ce document font en effet froid dans le dos : sur notre continent, plus de 480 000 décès prématurés ont un lien direct avec la pollution atmosphérique. En cause : les transports routiers et les moteurs diésel, l’agriculture, l’industrie, la production d’énergie… Tant et si bien que les concentrations de particules fines, de dioxyde d’azote et d’ozone sont toujours audessus du niveau fixé par l’Union européenne et dépassent très largement les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé. Une situation pas vraiment satisfaisante, d’autant plus qu’il convient d’y ajouter son corolaire obligé : des hausses de températures d’une régularité de métronome et ces phénomènes d’îlots de chaleur bien connus des citadins.

Un piège à CO2. S’attaquer à cette triste réalité ne sera pas simple et relève d’une volonté politique affirmée et sans concessions. En attendant que ce soit vraiment le cas (!), il existe malgré tout quelques « remèdes », pourtant vieux comme le monde, prêts à nous apporter leur concours. Parmi eux : le végétal et plus particulièrement les gazons, efficaces et entièrement naturels comme l’ont souligné les experts de l’Union française des semenciers dans l’un de leurs communiqués : « 10 000 m2 d’herbe peuvent capter le CO2 émis par une trentaine d’automobiles, mais aussi une partie des poussières et des saletés présentes dans l’air ambiant tandis que leurs racines fixent et améliorent la structure des sols. Ils participent également, en agissant comme un filtre naturel, à la dépollution des eaux de pluie ». Une « piste » bien entendu corroborée par les spécialistes de la Société française des gazons : « on estime que l’ensemble des pelouses présentes sur la planète emprisonnent annuellement environ 12 millions de tonnes de poussières et qu’elles en captent 5 fois plus qu’un sol nu ».

Un climatiseur naturel. Là ne s’arrêtent cependant pas les bienfaits des espaces engazonnés. Ils abaisseraient ainsi les températures au sol d’une dizaine de degrés par rapport à l’asphalte. Et selon l’environnementaliste écossais Howard Wood « environ 50 % de la chaleur du soleil qui arrive sur du gazon sont éliminés par évapotranspiration. Un mètre carré de pelouse libère ainsi 100 litres d’eau chaque année. L’impact de 100 m2 de gazon équivaut alors à 70 tonnes d’air conditionné ! ». De quoi rendre la vie des « urbains » un peu plus facile en période de canicule sachant que l’accumulation de chaleur par les bâtiments et les voies de circulation minéralisées empêche l’air ambiant de se refroidir durant la nuit. Des écarts allant jusqu’à 8° C ont ainsi été enregistrés par fortes chaleurs entre la ville et la campagne.

Dernières actualités

SALON VERT : POUR RÉPONDRE AUX BESOINS DES PROFESSIONNELS DES ESPACES VERTS

Retrouvez les professionnels de la SFG et les experts du GNIS les 23 et 24 septembre au sein du Village Expert, pour découvrir tous les atouts des...

Conférence web : Station météo connectée : anticipez les prises de décisions pour vos gazons avec cet outil moderne d’aide à la décision

Conférence Web – Station météo connectée : anticipez les prises de décisions pour vos gazons avec cet outil moderne d’aide à la décision Conférence web MARDI 23 JUIN à 14h (durée 1h avec les réponses aux questions) Station météo connectée : anticipez les prises de décisions pour vos gazons avec cet outil moderne d’aide à […]
Pour lire cet article, vous devez souscrire une adhésion à la SFG.

Journée Technique 2020 : MATMUT STADIUM DE GERLAND (LYON)

Programme prévisionnel : L’hydroseeding, nouvelles voies de végétalisation Robots de tonte pour pelouses sportives Végétal local et herbacées Les nouvelles pelouses du LOU Les labels comme garanties producteurs et utilisateurs Inscription Inscription à cette journée, par envoi du bulletin de participation, disponible sur notre site internet : www.gazonsfg.org et au verso du document en téléchargement […]
Pour lire cet article, vous devez souscrire une adhésion à la SFG.

Salon des Maires et des Collectivités Locales

L’événement de référence du marché des collectivités locales   Le Salon des Maires et des Collectivités Locales est le seul rendez-vous...

Retrouver le contenu qui vous interesse par thematique

Offres
d'emploi

Vos RDV, agenda et événements

Choix du gazon

Professionnels
sur gazon

Revues
de presse

Techniques
d'ensemencement